Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Le long chemin de la lutte contre l’homophobie

 

C’est au pays de Voltaire qu’en 1789 le crime d’homosexualité est supprimé du Code de l’Instruction Criminelle et, en 1791, la France, instigatrice de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, est le premier pays à dépénaliser totalement l’homosexualité.

C’est dans l’État de Philippe Pétain que la criminalisation refait surface sous le régime de Vichy par la loi N° 744 du 6 août 1942. L’homosexuel est assimilé au pédophile et condamné comme tel.

C’est au pays du général de Gaulle, que l’homosexualité est considérée comme un fléau social : la loi du 25 novembre 1960 double la peine encourue par les homosexuels pour outrage public à la pudeur.homophobie

C’est au pays du président François Mitterrand en 1981 que la France retire l’homosexualité de la liste des maladies mentales.

Le 4 août 1982, sur une proposition du ministre de la Justice, Robert Badinter, l’Assemblée Nationale vote la dépénalisation de l’homosexualité.

Le 17 novembre 2006, le comité IDAHO* et son président Louis-Georges Tin lancent une pétition internationale « Pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité ». Un texte est déposé par la France et les Pays-Bas à l’Assemblée Générale de l’ONU.

C’est au pays du président François Hollande qu’en septembre 2012 la France plaide devant l’Assemblée Générale des Nations Unies pour la dépénalisation de l’homosexualité au niveau mondial.

C’est le 18 mai 2013 que la France rejoint le club des pays (Belgique, Danemark, Espagne, Islande, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède) ayant permis l’égalité des droits pour l’ensemble de leurs concitoyens.

 

*International Day Against Homophobia and Transphobia » qui a lieu chaque année, le 17 mai, dans plus de 70 pays à travers le monde.