Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Urbanisme, Logement et Transports au Perreux

Les choix de la droite…

Sur les 15 000 logements du Perreux, 9% seulement sont des logements sociaux delucqtombe-bien-bas(anciens pour la plupart). Les logements privés sont hors de prix tant à l’achat de 6000 à 7000 € le m² dans le neuf (inaccessibles à la plupart des jeunes ménages) qu’à la location (près de 25 € le m² en moyenne, soit autour de 2000 € pour un 80 m²).

Pourtant, le Maire ne veut pas un logement social de plus alors qu’il y a aujourd’hui au Perreux plus de 600 demandeurs de logements. Ce choix du Maire nous coûte sur nos impôts 456 000 € par an de pénalités pour non-respect délibéré de la loi SRU. Par ailleurs, on annonce à ceux qui demandent un logement social à la Mairie 10 ans d’attente… et on prétend que l’augmentation du nombre de logements sociaux menacerait le fameux « cadre de vie » perreuxien!

Enfin la ville est embouteillée aux heures de pointe, certains quartiers sont mal desservis par les transports en commun.

… et ceux du Front de Gauche

  • Construire 100 nouveaux logements sociaux par an dont 30% de PLS  à loyers intermédiaires (900€ quand même pour 80m2 !) et 70% de PLUS et PLAI qui, pour 80 m2, auront des loyers mensuels hors charges de 400 à 500€.

eco-habitats-collectifs-terra-cites_540_360

  • Financer les surcharges foncières de ces logements avec l’argent de la pénalité SRU qui échappe aujourd’hui à la Ville et même à la communauté d’agglomération Nogent-Le Perreux.
  • Pour favoriser le logement social et les équipements publics revoir le PLU afin de mieux répartir les constructions nouvelles, favoriser les logements abordables et les équipements publics, constituer des réserves foncières pour empêcher la spéculation liée aux futures infrastructures de transport en commun du Grand Paris.
  • Obliger les promoteurs à baisser leurs prix de 10 à 20% comme à Saint-Ouen.
  • Agir auprès des propriétaires de logements vacants (près de 1 000 au Perreux selon l’INSEE) pour qu’ils les louent neuf ans à prix modérés en contrepartie d’une remise gratuite aux normes et d’une garantie totale de loyer. Ces actions seront notamment financées par la taxe sur les logements vacants. En cas de blocage persistant, le Maire pourrait demander au préfet de réquisitionner ce logement conformément aux ordonnances de 1945. Non seulement cette mesure est sociale parce qu’elle répond à une situation de crise et permet d’entretenir le bâti mais en outre elle est écologique car elle constitue un frein à l’extension du béton.
  • Demander aux bailleurs sociaux  de réhabiliter leurs logements, notamment en isolation-combles-659x659matière d’isolation et de chauffage, sans augmentation de quittance pour les locataires. Cela fera des économies pour ces derniers et bénéficiera à la planète.
  • Aider les propriétaires privés à réaliser des travaux d’isolation thermique en mobilisant notamment les fonds de l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat.
  • Améliorer partout où c’est possible l’accessibilité aux personnes handicapées des espaces et bâtiments publics.
  • Encourager le commerce de proximité.
  • Développer les circulations douces.
  • Développer un service de navette municipale.