Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Un budget de récession pour Nogent

Le budget primitif 2014 de Nogent présenté au conseil municipal le 17 avril dernier a été voté sans difficulté par la majorité de droite.  Les trois élus du groupe PS ont voté contre.

Simple formalité, donc ? A y regarder de plus près, certains constats s’imposent pourtant. Ainsi le nombre de postes pourvus pour 2014 est de 584, alors qu’il était de 606 en 2013 et 624 en 2012. En deux ans, la ville a donc supprimé 44 postes, soit 7% de l’effectif total. Elle contribue donc à l’augmentation du chômage et à la dégradation des conditions de travail des agents! Ça n’a ému personne au conseil municipal au conseil municipal qui a voté sur ce point à l’unanimité.

Si le budget de fonctionnement reste à peu près stable d’une année sur l’autre à 47 millions, il n’en va pas de même pour le budget d’investissement : celui-ci passe de 33 millions en 2013 à 27 millions en 2014, soit une chute de près de 20%. Il est vrai que 2013 était une année préélectorale… La plupart des secteurs sont touchés : enfance, scolaire, culture, sports et jeunesse, réserves foncières, bâtiments municipaux. N’y a-t-il pas cependant des besoins sociaux importants, notamment  en matière de crèches et équipements scolaires, comme nous l’avons souligné pendant la campagne des municipales ?

Rien n’est dit par ailleurs sur le logement social : en 2013 la ville y avait consacré une misérable somme de 100 000 €, cette année il y a encore moins (84000€) ! Où est passée la promesse de campagne du Maire de construire 60 logements sociaux par an, chiffre que nous trouvions déjà très insuffisant ? Il affirme qu’elle sera respectée mais les chiffres disent le contraire pour cette année. Pourquoi ne pas utiliser la cagnotte accumulée par l’Office d’HLM qui dépasse aujourd’hui 3 millions d’euros ?

Dans ce contexte, la ville rogne même sur une modeste subvention qui était accordée en 2013 aux Restos du Cœur : 3500€. Elle a tout simplement disparu !

Dernier constat, qui ne saurait dédouaner la municipalité de ses choix politiques, la dotation globale de fonctionnement versée par l’Etat diminue de 400 000€ et une autre baisse est prévue pour 2015.

Ce budget 2014 voté sans tambours ni trompettes est donc bel et bien un budget d’austérité et de récession, qui s’inscrit dans cette politique absurde que nous ne cessons de dénoncer.