Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Edito N°21

Quoi de commun entre les tueries du 13 novembre et la crise des réfugiés en Europe passée au second plan depuis deux mois ? Les guerres menées par les pays occidentaux et, dans une moindre mesure, la déstabilisation sociale générée dans certains pays par les mauvaises récoltes mondiales de produits alimentaires de base. Pourquoi ces mauvaises récoltes ? A cause du réchauffement climatique. Fort bien, direz-vous, mais les guerres et l’urgence climatique ont-elles une cause commune ? A notre avis, les unes et l’autre sont les symptômes d’un mal plus profond : le dérèglement croissant du capitalisme mondialisé qui veut s’imposer par tous moyens comme système unique mais renforce les inégalités, détruit la planète et laisse dans la misère des milliards d’êtres humains.

Alors, que faire ? Nous connaissons bien la difficulté à faire émerger dans l’opinion publique une pensée alternative à l’ultralibéralisme ambiant et le résultat décevant pour nous des élections régionales en témoigne. Nous voyons bien qu’au-delà de la satisfaction affichée à l’issue de la COP 21 tout reste à faire concrètement. Nous voulons dépasser la conception étriquée qui ne voit dans les humains que des individus en compétition, un potentiel de consommation et une force de travail à payer le moins possible. Nous dénonçons l’imposture qui consiste à présenter l’étranger comme un ennemi et la déchéance de nationalité pour les binationaux comme une protection contre le terrorisme. Le rassemblement et les luttes sont donc plus que jamais d’actualité : pour la justice sociale, la réduction des inégalités, la paix et la solidarité internationale. Malgré tous les vents contraires, nous gardons ce cap !