Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Le logement dans nos villes : un droit ou une marchandise?

Les milliers de familles qui louent des appartements privés à Nogent ou au Perreux savent combien cela coûte cher : à titre d’exemple, près de 1000 euros en moyenne par mois pour un 3 pièces de moins de 50 m2 dans l’ancien. Beaucoup d’entre elles aimeraient bien obtenir un logement social plus abordable mais la réponse des services logement de nos mairies est invariablement la même : plusieurs années d’attente ! Nos municipalités le savent mais ne font rien ou presque… comme si la construction d’une centaine de logements sociaux par an que nous proposons allait dégrader notre fameux « cadre de vie » ! Il est vrai qu’elles ont à faire face à des opposants encore plus étroits d’esprit qui hurlent dès la moindre initiative dans ce sens, aussi timide soit-elle. L’exemple en a été donné récemment par un conseiller municipal nogentais de droite qui, en panne d’argument, s’est permis de déclarer en plein Conseil que la construction de quelques logements sociaux dans le quartier du Port « ferait de l’ombre aux pavillons existants ». Il fallait oser !

Résultat : on paye avec nos impôts plusieurs centaines de milliers d’euros de pénalités par an et, loin d’être considéré comme un droit, le logement reste chez nous un objet de spéculation, une simple « marchandise ». C’est injuste et contraire au principe de « mixité sociale » dont se gargarisent nos élus.