Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

L’égoïsme de classe

Lors d’un récent conseil municipal à Nogent, un conseiller municipal d’opposition encore plus à droite que la majorité (mais oui, c’est possible !) s’est élevé contre un timide projet de construction de logements sociaux dans le quartier du Port. En panne d’arguments, ce monsieur s’est permis de déclarer que cette construction « allait faire de l’ombre aux pavillons existants ». Il fallait oser ! On voit d’ailleurs une association sans doute proche de cette « sensibilité » annoncer des recours contre plusieurs projets d’immeubles qui ont sans doute le défaut aux yeux de ses membres de comporter quelques logements sociaux. Bien sûr ils parlent d’urbanisme et de qualité de vie mais, au fond, leur vrai souci est de rester entre privilégiés, leur seule trouille étant que leurs biens fonciers perdent de la valeur ou, du moins, n’en gagnent pas. Cet égoïsme de rentier n’est pas un cas isolé : dans le 16e arrondissement de Paris, un millier de personnes ont manifesté bruyamment et grossièrement lors d’une réunion publique contre le projet d’installation en lisière du bois de Boulogne d’un centre d’accueil pour personnes nécessiteuses. « Collabo », « s… », les insultes ont fusé à l’encontre des organisateurs de la réunion, dont la préfète. Quand il s’agit de défendre son pré carré, on oublie les bonnes manières ! Une dame bon chic bon genre a même lâché le morceau : « Ca va faire baisser le prix de nos logements » (12 000€ au m2 quand même !) Ces attitudes choquantes ne sont qu’un des reflets de l’égoïsme de classe qui mine notre société. Pour terminer quand même sur une note optimiste, on notera que 1400 des 128 000 adultes du 16e arrondissement ont sauvé l’honneur de ce dernier en signant une pétition en faveur du projet.