Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Une Europe qui fait honte!

La crise migratoire, ou crise des réfugiés, ce sont des Syriens fuyant leur pays en guerre, mais aussi des Libyens, Afghans, Erythréens … tous ces migrants qui tentent, souvent au péril de leur vie,  de rejoindre l’Europe pour échapper aux combats, aux dictatures, à la famine.  L’Union européenne s’est révélée incapable de les accueillir dignement et de définir une politique commune en la matière, laissant ainsi la place à l’égoïsme des Etats, à la poussée de la xénophobie et de l’intolérance, aux camps du désespoir. Certains pays ont rétabli les contrôles aux frontières, d’autres les ont fermées, parfois en érigeant de véritables murs, certains gouvernements encourageant même le tabassage des migrants par des milices privées composées de repris de justice. La France, qui fut la « patrie des droits de l’homme », n’est pas en reste : avez-vous vu sur Arte le poignant documentaire sur la jungle de Calais dans « Nulle part ailleurs » ?

Un nouvel exemple vient d’être donné avec l’accord signé le 18 mars entre l’Union européenne et la Turquie, qui organise le renvoi en Turquie de tous les migrants entrés en Grèce depuis ce pays et prévoit qu’en échange, pour chaque personne renvoyée, une autre sera accueillie depuis la Turquie, avec un maximum de 72 000 places d’accueil. Cet accord scandaleux, conclu au mépris des conventions internationales sur l’accueil et le droit d’asile traite les réfugiés comme des marchandises, qu’on renvoie ou qu’on échange. Il marque une nouvelle étape dans cette logique de marchandisation généralisée, vies humaines comprises.

Mais quelle est cette Europe ultra-libérale qui tourne le dos à toutes les valeurs humanistes, qui traite les hommes comme des produits et ne respecte que l’argent, jusqu’à oublier le mot même de solidarité ? Une entente économique au profit de quelques uns et au détriment du plus grand nombre, qui  fait honte.