Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Logement social : de quoi parle-t-on ?

Le logement social en France ce sont plus de 4 millions de logements et 11 millions de personnes logées, soit près d’un français sur cinq, 25 milliards de loyers perçus chaque année, incluant 8 milliards d’APL (aide personnalisée au logement).

Ce secteur d’activité est constitué de près de 700 organismes : offices, sociétés anonymes, sociétés coopératives et sociétés d’économie mixte, représentant 80 000 salariés et générant chaque année près de 300 000 emplois indirects (12% des commandes des entreprises du bâtiment).

En 2016, 130.000 nouveaux logements ont été construits, effort qui pourrait s’arrêter brutalement si les mesures Macron sont mises en place.

Comment se financent les organismes ?

Pour les dépenses de gestion, la ressource vient des loyers. Pour les investissements (constructions neuves et
réhabilitations), quatre sources essentielles :

  • les subventions publiques (aides à la pierre, malheureusement en quasi disparition),
  • la contribution des employeurs à l’effort de construction (le fameux « 1% », en réalité 0,45% des salaires),
  • les fonds propres des organismes (bénéfices réinvestis),
  • et des prêts à très long terme de la Caisse des Dépôts et Consignations assurés par le recyclage de l’épargne des livrets A.

C’est ce modèle original et vertueux qui est menacé par le gouvernement !


Discussion sur le marché de Nogent avec des supporters de Macron :

« Avec la baisse autoritaire des APL et, pour compenser, celle des loyers HLM vous allez tuer le logement social. »
Réponse : « les gens n’auront qu’à acheter ! »

Ben voyons c’est si facile à 6 ou 7 000 € du m2 !

Sur quelle planète marchent ces « marcheurs » ?

Ils nous rappellent la reine Marie-Antoinette et sa réplique à la veille de la Révolution : « Ils n’ont plus de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! »