Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Macron déclare la guerre au logement social

Si elle a suscité un grand émoi chez les professionnels, la baisse de 50€ à 100€ par mois des APL des locataires de logements sociaux n’a pas encore soulevé de fortes protestations de la part du grand public puisqu’elle est censée être compensée par une baisse équivalente des loyers.

Pourtant ne nous y trompons pas : c’est une attaque d’une violence inouïe contre le logement social et contre les locataires les plus modestes !

En effet, pour financer ses cadeaux fiscaux aux plus riches, le gouvernement va prendre 1,7 milliards par an aux
organismes d’HLM. 

Privés de cet argent ces organismes devront réduire les dépenses d’entretien et de réhabilitation de leurs immeubles, notamment les travaux d’isolation, arrêter de construire des logements neufs malgré les besoins criants d’habitations à loyers abordables et vendre une partie de leur parc, ce qui réduira encore l’offre disponible et fera monter les loyers.

Dans nos villes, des organismes comme Valophis, I3F ou d’autres vont perdre des millions par an qu’ils ne pourront plus réinvestir pour le bien-être de leurs locataires.

Les centaines de demandeurs qui attendent depuis des années auront encore moins de chances d’obtenir satisfaction.

Qui sera gagnant ?

L’État qui prend aux pauvres pour donner aux riches, les riches bénéficiaires de ses largesses, ainsi que les propriétaires privés et les promoteurs qui pourront à leur guise spéculer sur la pénurie.

Qui sera perdant ?

Les locataires dont l’habitat va se dégrader faute d’entretien et les demandeurs de logements qui devront payer plus cher dans le privé.

Récemment, le président évoquait « les cyniques » et « les extrêmes » : s’il voulait parler de lui il était en dessous de la vérité !