Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Éducation

CIO de Nogent : une lueur d’espoir mais la lutte continue

A l’appel de l’équipe du CIO (centre d’information et d’orientation) et de toutes les fédérations de parents d’élèves de Nogent, Bry et Le Perreux, une marche pour le maintien de ce service public, soutenue par le Front de Gauche, EELV et le PS,  a réuni le 30 mai dernier une soixantaine de personnes entre la Mairie du Perreux et celle de Nogent. Par ailleurs près de 1000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne. Tous les acteurs concernés : les villes, le rectorat, le Conseil départemental et Valophis ont été saisis. Nous attendons d’eux que les considérations politiciennes soient mises …lire la suite

Le couac du rectorat

Le 13 octobre dernier a failli être une journée de galère pour les parents d’élèves : le rectorat, sans concertation et sans prévoir le moindre dispositif d’accueil des enfants, avait décidé d’organiser une journée pédagogique pour les professeurs… La municipalité de Nogent, de son côté, avait proposé un tel service d’accueil… au prix de 7€ par élève ! Devant les protestations et les recours des associations de parents d’élèves, le rectorat a fait marche arrière et les cours se sont déroulés normalement ce jour-là. Cet incident illustre la désinvolture de certains technocrates et les méfaits des restrictions de dépenses publiques : faute de …lire la suite

Rythmes scolaires : une non-application légale à Nogent

Depuis le début, la municipalité a fait part de sa volonté de ne pas appliquer la réforme scolaire. Son souci a donc été de voir comment y parvenir tout en restant en conformité avec la loi. Pour s’en persuader Il n’y a  qu’à lire : d’une part, l’édito du Maire dans le Magazine de Nogent de juillet : « l’option retenue à Nogent pour la rentrée 2014 tient compte d’un principe majeur qui consiste à ne pas trop désorganiser le modèle nogentais qui marche bien ». d’autre part, le scénario retenu par la municipalité qui ne prévoit que deux fois quinze minutes de « récré » …lire la suite

Plus de deuxième chance pour les jeunes Nogentais sans diplôme

Jusqu’à l’an dernier, la ville de Nogent participait à hauteur de 6 500 € par an à l’École de la deuxième chance. Ce dispositif, créé en 2004, propose, à travers une centaine d’écoles, un parcours de réinsertion professionnelle et scolaire à des jeunes de 18 à 25 ans sans diplôme. Deux écoles de ce type existent dans le Val de Marne : une à Créteil et une à Orly. Lors du conseil municipal du 7 juillet dernier, le Maire a proposé de supprimer cette subvention au motif que seuls trois jeunes nogentais y participaient et… que c’était trop loin de Nogent ! On …lire la suite

Nos enfants valent mieux que des économies à la petite semaine

Sans réelle concertation (une seule réunion en octobre dernier), le maire du Perreux a décidé qu’à la rentrée prochaine nos enfants verraient leur pause du midi portée à deux heures sans aucune activité prévue.  Ils resteront donc une demi-heure de plus dans la cour, ou le préau s’il pleut, au risque accru d’accidents et d’une reprise des cours difficile. Mieux, alors qu’aucune activité supplémentaire n’est prévue, une augmentation des tarifs de la cantine est d’ores et déjà programmée. Le Maire est contre cette réforme. C’est vrai qu’on peut discuter sur le fond de celle-ci ; c’est vrai aussi que l’Etat en …lire la suite

Éducation, Sport et Culture à Nogent

LES CHOIX DE LA DROITE… Ne rien changer et faire des économies de fonctionnement. Faire quand même quelques dépenses de prestige en rêvant… d’un casino !   … ET CEUX DU FRONT DE GAUCHE Moduler les tarifs d’accès aux activités sportives et culturelles de la ville, de façon à les rendre accessibles au plus grand nombre. Étudier l’implantation d’une antenne de la MJC dans le quartier des Maréchaux. Rouvrir à la MJC le ciné-club fermé par la droite voilà longtemps. Refuser catégoriquement la perspective d’implantation d’un casino, qui ne ferait qu’attiser la spéculation et rendre notre ville inaccessible aux moins favorisés …lire la suite

L’Enseignement et la politique

A peine nommé Ministre de l’Éducation Nationale, Vincent Peillon a fait état d’orientations intéressantes : Un ministre UMP avait brusquement ramené la semaine à 4 jours au lieu de 4 ½, soulevant un tollé général. Peillon a annoncé qu’il reviendrait à 4 jours ½ pour tenir compte des « rythmes scolaires » optimaux. Un coup d’accélérateur serait donné aux « activités culturelles ». Les programmes seraient ainsi revus. On (re) développerait l’école maternelle. On (re)créerait une formation spécifique pour les futurs enseignants. On accroîtrait de 60000 l’effectif des enseignants et on relèverait leurs salaires. Très bien, tout cela, mais ça choque Dominique Roblin (voir le …lire la suite