Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Monde

Une Europe qui fait honte!

La crise migratoire, ou crise des réfugiés, ce sont des Syriens fuyant leur pays en guerre, mais aussi des Libyens, Afghans, Erythréens … tous ces migrants qui tentent, souvent au péril de leur vie,  de rejoindre l’Europe pour échapper aux combats, aux dictatures, à la famine.  L’Union européenne s’est révélée incapable de les accueillir dignement et de définir une politique commune en la matière, laissant ainsi la place à l’égoïsme des Etats, à la poussée de la xénophobie et de l’intolérance, aux camps du désespoir. Certains pays ont rétabli les contrôles aux frontières, d’autres les ont fermées, parfois en érigeant …lire la suite

Les murs de la honte

Voilà trente ans on critiquait (à juste titre) le mur de Berlin, baptisé « mur de la honte ». Aujourd’hui, les murs hérissés de barbelés se multiplient : entre le Mexique et les USA, entre Israël et la Cisjordanie, autour de Gaza, entre la Hongrie et la Serbie, la Hongrie et la Slovaquie, les enclaves espagnoles et le Maroc, la Grèce et la Turquie, autour du port de Calais, … On parle même de bombarder les bateaux destinés aux migrants, ces « boat people » ou « transfuges » qu’on accueillait presque en héros lorsqu’ils venaient de pays communistes. Les capitaux circulent autour du Monde en quelques …lire la suite

Drames en Méditerranée

En quelques années, ce sont près de 18 000 femmes, hommes et enfants qui se sont noyés dans la Méditerranée en voulant échapper à la misère aux conflits ethniques ou religieux, aux combats en Syrie, au chaos en Libye : plus que la population d’une ville comme Bry ! Quoi de plus hypocrite que de s’en indigner d’un côté pour, de l’autre, ne rien faire si ce n’est une « solution » militaire, dénoncée par l’ONU et les ONG. Celle-ci échouera dans la lutte contre les gangs de passeurs et ne laissera d’autre choix aux victimes que le retour dans l’environnement qu’ils ont voulu fuir …lire la suite

Espagne : un signal pour toute l’Europe

  La commission européenne et la BCE pensaient pouvoir « régler » l’épine grecque pour mieux continuer, comme avant, dans le mépris total des peuples. Les élections régionales et municipales en Espagne viennent doucher leur projet. Dans six mois, après les législatives, il est possible que le peuple espagnol renvoie ceux, droite et socialistes corrompus, dont la politique a conduit près du quart de la population à « vivre » sous le seuil de pauvreté. Un tel succès serait un encouragement formidable pour le peuple et le gouvernement grec  à résister aux exigences de Bruxelles. C’en serait un aussi pour toutes celles et ceux …lire la suite

En bref…

Le coût du travail… mauvais coup ! Le philosophe Lucien Sève pose la question suivante : « Si, pour le capital, le travail est un coût, nous expliquera-t-on pourquoi il met un tel acharnement à vouloir en allonger la durée hebdomadaire ? » Madame Sans-Gêne… Selon un récent sondage, Madame Merkel serait appréciée par une majorité de Français. Est-ce que cela l’autorise pour autant à nous dire comment nous devons gérer notre pays ? Qu’elle s’occupe plutôt de la pauvreté qui progresse dans le sien, de ses équipements publics qui se dégradent et du déficit démographique de l’Allemagne ! Qu’elle …lire la suite

La commission européenne n’aime ni la démocratie, ni la transparence !

Comme ils en ont le droit, 230 mouvements citoyens issus de 21 Etats de l’Union Européenne, dont le collectif français « Stop TAFTA », ont déposé, en juin dernier, une proposition d’initiative citoyenne (ICE) visant à obtenir des Etats membres qu’ils ne concluent pas les traités UE-USA (TAFTA) et UE-Canada (CETA). Pour que cette proposition citoyenne aboutisse, il faut que, dans le délai d’un an, ils réunissent au moins un million de signatures issues d’au moins sept pays de l’UE. Las, sans même attendre ce verdict citoyen, la commission européenne a décidé arbitrairement, le 11 septembre dernier, de rejeter cette demande. Or, …lire la suite

Projet de traité transatlantique : danger!

Ou comment éliminer les contraintes de normes après avoir éliminé les barrières douanières ?   Cette négociation en cours, visant à harmoniser et favoriser les échanges commerciaux entre l’Union Européenne et les États Unis, nous est présentée comme l’évolution naturelle et évidente de tous les accords déjà passés entre les deux parties.   Premier bémol, la résolution des différends commerciaux à venir mettra sur un pied d’égalité des Etats et des entreprises devant une juridiction dite arbitrale qui pourra faire condamner les premiers pour des pertes potentielles arbitrairement estimées par les seconds. Le jugement de l’affaire Tapie, réglée par un tribunal …lire la suite