Journal de l'Assemblée Citoyenne de Nogent-Bry-Le Perreux

Social-éco

Attaques frontales contre les travailleurs

Ce début d’année est décidément lourd de menaces pour le monde du travail. A la mi-janvier, 8 anciens salariés de l’usine Goodyear ont été condamnés à de lourdes peines de prison (deux ans dont 9 mois fermes). Le motif : alors que l’usine était occupée, deux cadres de l’entreprise avaient été retenus dans les locaux, puis  relâchés sans violence. Quelques jours après, l’usine fermait et 1 143 salariés se retrouvaient sans travail.  Ce jugement est inacceptable : parce que ces militants ne faisaient que défendre leur outil de travail et  les emplois de l’entreprise ; parce qu’il tend, par sa sévérité extrême, à intimider …lire la suite

1936 -2016 : 80 ans après le Front Populaire, stop aux remises en cause des conquêtes sociales

  Parmi les mesures prises en 36, on se souvient des congés payés et de la semaine de 5 fois 8 heures ; de la création de l’Office du blé (ONIB) et du paiement garanti des récoltes. Aujourd’hui, le gouvernement tourne le dos à ces conquêtes et s’aligne sur les choix du camp conservateur. Nous célèbrerons les grandes avancées de 1936 en nous souvenant qu’elles furent arrachées par la mobilisation du peuple.   Dans les entreprises Pour nous, il faut poursuivre la réduction historique de temps de travail. Ceci est nécessaire compte tenu des gains de productivité liés à l’informatique et …lire la suite

Le code du travail : frein à l’emploi ou protection nécessaire?

Le Code du travail, un frein à l’emploi ? C’est ce que prétend le gouvernement qui entend mettre en œuvre, sous couvert de simplification, une modification radicale de l’architecture du droit du travail français. Rien d’original dans cette logique : c’est celle qui se déploie depuis les années 1970, avec les premières lois facilitant le recours aux emplois précaires. C’est l’idée de « flexibilité » de la « ressource humaine », que l’Union européenne elle-même a promue dans les années 2000 sous le nom de « flexisécurité », et qui a déjà conduit à réduire progressivement les droits des salariés, sans empêcher pour autant le chômage et la …lire la suite

Le scandale de l’accord sur les retraites complémentaires

Fin octobre, un accord sur les retraites complémentaires a été signé entre le Medef et trois syndicats minoritaires. La presse en a un peu parlé mais son contenu et sa portée réels ont été largement sous-estimés. De quoi s’agit-il ? En plus de la retraite de base de la Sécurité Sociale, les salariés du secteur privé cotisent avec leurs employeurs pour une retraite complémentaire : chaque somme cotisée permet d’acquérir des points (selon une valeur d’acquisition) qui serviront à déterminer la valeur de la pension future (selon une valeur de liquidation). Il y a actuellement deux régimes : ARRCO pour les non cadres …lire la suite

Le nombre de chômeurs toujours en hausse dans le 94

Les chiffres du chômage, pour notre département continuent à monter : 76 710 demandeurs fin août, soit + 1,9 % sur un mois et + 5,6 % sur une année. Quel échec pour la politique gouvernementale, alors même que la lutte contre le chômage était un engagement du candidat Hollande ! Les chiffres sont clairs et le constat également : le crédit impôt compétitivité emploi et le pacte de responsabilité ont accru les profits mais où sont les emplois promis en contrepartie ? Les atteintes au droit du travail, avec notamment la loi Macron, ont conduit à dégrader les conditions de travail et accroître …lire la suite

MEDEF ou gouvernement : Macron avait le choix

Le supplément du Parisien du vendredi nous en apprend de belles, enfin, nous confirme dans notre opinion sur le ministre des finances. Dans une interview, Laurence Parisot, l’ancienne responsable du MEDEF, déclare sans ambages : « J’ai rencontré Emmanuel quand il était banquer d’affaires chez Rothschild (2008-2012, NDLR). Et j’ai immédiatement compris que nous avions une communauté de pensée. J’ai souhaité qu’il me rejoigne pour travailler avec moi, nous avons eu différentes conversations dans ce sens. » Et après on s’étonnera que sa politique penche toujours du même côté !

Halte au vrai mille-feuille administratif !

Alors que nous nous sommes déjà largement étendus sur le sujet de la réforme territoriale, il est temps de parler d’un mille-feuille administratif, un vrai cette fois-ci. Admettons que vous habitiez Nogent et que vous ayez un souci de santé qui vous oblige à vous rendre au service d’accueil des urgences le plus proche de chez vous, à savoir celui de l’hôpital Armand Brillard. Cette institution hospitalière est en fait une clinique privée qui a passé un accord avec l’État et à laquelle on a délégué un service public, le service d’accueil des urgences dans notre cas. Sachez que vous …lire la suite